#VOID (création 2018) #VOID (création 2018)
Æli (création 2018) Æli (création 2018)
#SHAKE_ME (création 2017) #SHAKE_ME (création 2017)
#SoftLove(prélude) #SoftLove(prélude)
#SOFTLOVE (création 2017) #SOFTLOVE (création 2017)
GøL4M GøL4M
PU_P3TS PU_P3TS
Sl2Ep¨ngBe@u//ty Sl2Ep¨ngBe@u//ty
#TeslaCoil #TeslaCoil
#DATAWALL #DATAWALL
Sound ∆ ƒields Sound ∆ ƒields
Sound ∆ Whispers Sound ∆ Whispers
Pro1og Pro1og
#OPENLASE #OPENLASE
#SALOPES #SALOPES
HERMSELF ::: Part 3 HERMSELF ::: Part 3
HERMSELF ::: Part 2 HERMSELF ::: Part 2
HERMSELF ::: Part 1 HERMSELF ::: Part 1
Manque(Sarah Kane) / Oratorio Electronique (2008) Manque(Sarah Kane) / Oratorio Electronique (2008)
Entre Intérieurs (d’après Les Aveugles de Maeterlinck) – 2002 Entre Intérieurs (d’après Les Aveugles de Maeterlinck) – 2002

Depuis 2007, le Clair Obscur poursuit la quête de “HERMSELF”, projet hybride initié par nos recherches testamentaires autour de l’auteur Sarah Kane.
« HERMSELF », anglicisme mutant convoque le him et le her au sein du même corps.
Il s’agit ici tour à tour de trois corps aphones, comme trois différents états de vies projetés dans un tunnel de lumière…
Ce tunnel est le motif principal de notre recherche : sorte d’espace interstice, d’entre vie, d’au-delà de la vie.
Il guidera toute la dramaturgie de notre travail : tantôt mortifère, tantôt utérin il pourra être aussi la camera obscura qui convoque notre mémoire…
Il est le personnage principal et vivant de ce dispositif.
Hermself, tout comme les projets antérieurs du collectif se construit et se définit à l’épreuve du plateau, fruit d’une sensibilité et d’un imaginaire commun, d’abord visuel et sonore.
Chaque intervenant a ici part égale dans le processus et notre géométrie d’équipe a pour particularité de réunir plutôt des créateurs techniciens et plasticiens.
Ce qui se joue ici a trait à la place de l’être, cristallisé dans son contraire : une entité froide, numérique. Ainsi mis à nu, de quelle sensibilité l’homme fera-t-il preuve pour exister?
Hermself se construit donc en triptyque de 3 soli chorégraphiques et numériques, 3 tableaux vivants de 20 minutes environs chacun, à l’image d’un Jérôme Bosch du nouveau millénaire.
Le parcours qui s’amorce dans Hermself trouve son inspiration à diverses sources et pourrait se résumer ainsi :
I. De la vie à la mort, ou comment se laisser mourir (d’amour) /
II. Dans l’au-delà : à la rencontre des esprits /
III. De la re-naissance. / ou de la fusion et défusion du corps assisté par la machine.
Ici pas d’ésotérisme, nous interrogeons à partir de ce dispositif des états de corps et les potentiels de cet espace dans l’imaginaire.