Création 2013-2014 Interview / Présentation : https://www.youtube.com/watch?v=EZVGFnNtg0s&feature=youtu.be&t=1m47s  
PUPPETS TEASER from stephaniebrault on Vimeo. Le Clair Obscur cherche des modes de communication inédits entre l'ordinateur et l'acteur/danseur. Par l'interaction/synchronisation de ce dernier avec des outils multimédias, le Clair Obscur interroge la place de l'être, humain, dans son environnement, et particulièrement un environnement numérique qui le dépasse. Nous avons là la mise en scène d'un système nerveux augmenté, un spectacle qui bas comme un muscle, une machine synesthésique, un tout intrinsèque, organique et numérique... Le cadre esthétique de la performance est dressé : des impulses, du nerf, et toujours la nécessité de repousser les limites des champs du cognitif. Nous interrogeant en filigrane sur les limites de perception de notre propre corps, les relations ambigües qu'entretiennent notre individu contemporain avec son environnement numérique : Sommes-nous des corps exponentiels ? Ou des corps esclaves ?   The Clair Obscur is looking for new methods of communication between the computer and the dancer. By the interaction / synchronization of him with multimedia tools, the Clair Obscur questions the place of being human in its environment, especially a digital environment that surpasses it. Here we have the staging of a nervous system increased, the show beat like a muscle,  a synaesthetic machine, organic and digital ... The aesthetic framework of performance : impulses, nerve, and still need to push the limits of cognitive fields. We implicitly questioning the perception of our own bodies, our  ambiguous relationship with contemporary digital environment: Are we Exponential body? or slaves?
     

Conception : Frédéric DESLIAS
Création Audio-Visuelle : Fabrice PLANQUETTE
Vidéo : NOHISTA
Performeurs : Lucia MENDOZA & Julien BÉZY
Chorégraphie : «Yum» KEIKO TAKAYAMA & Lucia MENDOZA & Julien BÉZY
Régie : Simon Desplébin
Regard extérieur : Christine CARADEC
Software / Hardware : Olivier GUILLERMINET / Fabrice PLANQUETTE / Armand AHMADI
Décors : Salem Ben Belkacem